Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Au Fil des Pages

Au Fil des Pages

De la lecture au fil des jours...

Catégorie : En V.o Dans Le Texte

Finishing School

Finishing School
Finishing School

De quoi ça parle ?

Sophronia Temmininck, 14 ans, fait le désespoir de sa mère. Plus préoccupée par des études scientifiques, l’escalade et la fraternisation avec les classes inférieures, que de correspondre à l’image de la parfaite jeune fille de bonne famille, Sophronia est un cas désespéré pour Mrs Temmininck dont le seul espoir est de faire admettre sa fille dans la prestigieuse école de Mademoiselle Géraldine où elle recevra l’éducation qui convient à une fille de sa classe sociale. Mais, chez Mademoiselle Géraldine, entre deux cours de maintien et de danse, les élèves sont surtout formées à l’art délicat de l’espionnage et de l’assassinat.

Pourquoi ce livre ?

Non mais est-il besoin de poser la question ? C’est un roman qui se passe dans l’univers du Protectorat de l’ombrelle, mais 25 ans avant, rien que ce fait justifie la lecture. Autrement l’idée d’une école située à bord d’un immense dirigeable flottant au-dessus du Dartmoor n’est-elle pas une raison suffisante ?

Est-ce que c’est bien ?

Si vous cherchez une ambiance proche du Protectorat de l’Ombrelle, vous risquez d’être un peu déçu, mais si vous voulez vous faire une autre idée de ce monde, c’est l’idéal. Certes l’héroïne a quelques caractéristiques proches d’Alexia (notamment son intérêt pour les nouvelles technologies) mais elle est plus jeune et l’ambiance est nettement plus histoire de collège ou de lycée (avec la peste de service par exemple).

Le surnaturel est à peine évoqué et mis à part un loup garou et un vampire, histoire de rappeler qu’ils ont une existence légale, le contexte est beaucoup plus orienter steampunk. Notamment avec ces domestiques mécaniques dont on ne nous parle absolument pas dans les aventures d’Alexia et que j’ai trouvé pour certains limites inquiétants.

De sortes que si vous n’avez pas lu Le Protectorat de l’Ombrelle, vous pouvez lire Finishing School sans avoir l’impression de manquer d’information. Par contre, pour les autres, l’auteur a fait le lien en introduisant plusieurs personnages secondaires des folles aventures d’Alexia (je vous les laisserai découvrir). En tout cas, question patronymes surprenants et pittoresques c’est assez bien fourni, le genre de chose dont je suis assez friande (mais inutile de me demander la prononciation pour certains) de Mrs Barnaclegoose à la meilleure amie Dimity Plumley-Teignmotts et son frère Pillover, c’est à croire, que trouver le maximum de noms exotiques so british faisait partie du cahier des charges de l’auteur.

Bref, j’ai adoré revenir dans l’univers d’Alexia et d’en découvrir d’autres aspects. J’ai adoré cette idée d’école dirigeable survolant l’Angleterre où la seule personne à ignorer que l’on y enseigne l’art de l’espionnage, du chantage et de l’assassinat par tous les moyens est la directrice de l’établissement elle-même. Je me suis beaucoup amusé avec les aventures rocambolesques de Sophronia et ses amis qui décidemment n’en ratent pas une pour se mettre dans le pétrin et s’en sortir avec brio ou de façon fort peu orthodoxe parfois.

Bien que n’ayant pas eu le coup de foudre comme pour la série précédente, c’est quand même un bon moment à passer et la suite je l’espère permettre de répondre à quelques interrogations qui me trottent dans la tête. Ah et mention spéciale à Bumbersnoot, le petit chien mécanique le plus craquant et mignon jamais croisé. Je veux le même (en plus il fait bouillote, c’est trop pratique !).

Un extrait ?

« Excellent. Ignorance is most undervalued in a pupil. And have you kill anyone recently ? »
Sophronia blinked “Pardon ?”
“Oh you know, a knife to the neck or perhaps a clevery noosed cravat ?”
Sophronia said only “Not my preferred diversion.”
“Oh dear, how disappointing. Well don’t you fret. We shall soon find you some useful hobby. »

Etiquette & Espionnage - Gail Carriger

C'est en VO mais c'est facile à lire ?

Sans avoir beaucoup de difficulté, j’ai quand même dû faire des progrès sur les termes vestimentaires (c’est fou le nombre de trucs que peut porter une fille en ce temps-là) mais il n’y a pas de réel problème de compréhension du récit.

Il y a une suite ?

Ah ben oui. Curtsies & Conspiracies le second tome est prévu pour novembre. Je serai sur les rangs.

Quelle note ?

4/5

Lire la suite

Elemental Masters

Elemental Masters

De quoi ça parle ?

En 1909 en Angleterre être une femme médecin et chirurgien n’est pas facile. Quand en plus, on a un père anglais et une mère indienne (Inde), c’est pousser la difficulté encore plus loin. Mais Maya Whiterspoon ne compte pas se laisser abattre pour autant. Et pour faire encore plus facile, elle a également quelques talents magiques hérités de sa maman. Cependant, elle attire l’attention sur elle des Maîtres Elémentalistes de Londres et est poursuivie par un mystérieux ennemi magicien qui semble lui en vouloir personnellement.

Pourquoi ce livre ?

J’aime bien Mercedes Lackey. Je garde un bon souvenir de son cycle des Hérauts de Valdemar (réédité chez Milady mais avec encore des inédits non traduits). Donc, je voulais voir ce qu’elle écrivait d’autre.

Est-ce que c’est bien ?

Ce n’est pas la lecture de l’année c’est sûr. Mais sans être transcendant, c’est plutôt agréable à lire et les personnages sont tout de suite intéressants. On voit venir la romance de loin entre Peter et Maya et le côté magie exotique indienne marche plutôt bien. Ensuite, il y a des longueurs et des passages dont on se demande ce qu’ils apportent réellement de plus dans le récit. Mais même si le livre s’inscrit dans un cycle, l’histoire est complète et ne demande pas à avoir les tomes suivants pour en connaître la fin.

C’est en V.O mais c’est compliqué à comprendre ou non ?

A mon humble niveau, je n’ai pas eu de problème particulier.

Lire les autres volumes ou non ?

Peut-être mais ce n’est pas une priorité. Je n’ai pas détesté le premier alors les autres devraient être sympathiques aussi.

Quelle note ?

3/5

Lire la suite

De l'importance de demander une chambre avec vue...

De l'importance de demander une chambre avec vue...

Ah là, là ! Chambre avec vue, que de souvenirs ! Mon premier film en V.O,  ce fut d’ailleurs la seule et unique fois où j’ai suivi avec intérêt les cours d’anglais à l’école c’est pour dire. Donc, après le film, j’ai lu le livre et là encore re coup de foudre. Et puis, l’occasion du challenge s’est présentée et j’ai donc relu mais en anglais cette fois ci.

 

Lucy Honeychurch jeune anglaise du tout début du XXème siècle et sa cousine jouant les chaperons font un séjour à Florence. La voilà toute désappointée, car la promesse d’une chambre avec vue sur l’Arno n’a pas été tenue. C’est alors qu’intervient Monsieur Emerson et son fils Georges eux ont une chambre avec vue et cela ne les dérange pas de faire l’échange.

 

A partir de là, deux mondes totalement opposés se rencontrent et cela fait des étincelles et mon petit cœur de lectrice a suivi avec allégresse toute les péripéties du récit qu’il connait déjà sauf pour des détails oubliés qui ont fait tout le sel de cette relecture. J’adore les personnages même secondaires, même Cecil Wyse qui est pourtant le rival de George, les hésitations de Lucy entre la raison et la passion, l’Italie, l’inénarrable cousine Bartlett, tout quoi.

 

Un coup de cœur attendu et pas de déception. Je fini mon challenge en beauté et c’est bien. Je ne saurai trop vous en recommander la lecture si vous ne connaissez pas, c’est un beau roman, c’est une belle histoire.

 

De l'importance de demander une chambre avec vue...

NB : la couverture n’étant pas très inspirante, j’ai décidé de bidouiller une image à ma façon, donc inutile de chercher le livre avec cette illustration-là.

 

Lire la suite

Demon-slayer

Demon-slayer

Second tome de la série Demon-Slayer où l’on retrouve Lizzie, sa fine équipe des Red Skulls (la bande de sorcières bikers du 3ème âge) sa grand-mère en tête, Dimitri le si sexy griffon, et le chien Pirate et son bavardage incessant qui m’aura bien saoulée au bout d’un moment.

 

J’avais beaucoup ri avec le premier tome et ses personnages hauts en couleur et son intrigue plutôt sympathique. Et le début de ce second tome suit un peu le même côté débridé. Lizzie et sa bande doivent sauver Oncle Phil son parrain des griffes d’un succube à Vegas. Mais, Lizzie encore nouvelle dans le métier doit obtenir son permis (de tuer) de tueuse de démons et donc passer les épreuves de l’examen (où elle se vautre lamentablement). Et déjà rien que ça, ça valait la lecture.

 

Bon, la suite de l’histoire est tout de même moins rigolote par rapport au premier tome. Cependant, l’auteur épaissi son univers et finalement, il y a des idées intéressantes qui pourront probablement donner de quoi rebondir pour la suite. J’ai trouvé cependant que cela commençait à tourner en rond notamment avec le sempiternel dilemme du « je mets en danger ma famille, mon homme et mon chien » (pas forcément dans cet ordre là). Cela dit, c’est toujours une petite lecture divertissante avec des petits morceaux de bravoure (les mamies bikeuses et leurs rituels de magie parfois insolites me plaisent toujours autant). Il y a aussi de bonnes choses dans ce tome, notamment le fait que notre héroïne s’attelle à la rédaction du Dangerous book for demon-slayers après s’être rendu compte que le seul mémo qu’on lui a donné sur sa fonction date de 1936 et n’a jamais été remis à jour depuis (même le papier est d’époque). Ce qui donne quelques extraits savoureux dont :

Excerpt from The Dangerous Book for Demon-Slayers
Fairies : a specie of magical creature that will drive you insane if you let them” (extrait)

The dangerous book for demon-slayers - Angie Fox

Pour mon avis sur le premier tome :

Lire la suite

Ghost-in-law mystery

Chimère — — en v.o dans le textepolicierlitterature americaine
Ghost-in-law mystery

If Harold killed her she might be stuck in limbo like Helena. Even worse, she might be stuck in limbo with Helena. For all eternity. Six days was looking shorter by the minute

Trouble in mudbug - Jana Deleon

 

Qu’y a-t-il de pire que de s’être mariée avec un bon à rien comme Hank Henry qui l’a ensuite abandonnée avec des dettes à rembourser et sans la possibilité du divorce tant qu’elle n’aura pas mis la main sur lui? C’est aux funérailles de la mère de Hank que Maryse Robicheaux comprend qu’il y a toujours pire. De son vivant Helena Henry, aussi connue comme l’antéchrist de Mudbug était un fléau permanent et Maryse pensait en être enfin libérée. Sauf que le fantôme d’Helena ne veut pas la laisser tranquille tant que son assassin n’est pas arrêté…

Du mystère, un soupçon de romance, des personnages hauts en couleurs, la Louisiane et surtout le Bayou, de quoi se divertir agréablement, d’autant plus que je n’ai pas trouvé l’assassin avant sa révélation dans le livre. Bon c’est du léger mais c’est plutôt bien fichu et drôle. Maryse et ses démêlés avec le fantôme de son épouvantable belle-mère, l’apparition du beau et très sexy métis Luc Lejeune, la meilleure amie à fond dans le new age et la voyance, les personnages sympathiques ne manquent pas et l’ambiance petite ville où tout le monde connait tout le monde est un petit plus appréciable. Sans être le chef d’œuvre du siècle, on peut trouver son petit bonheur dans ce roman.

 

Lire la suite

A soap opera mystery

Chimère — — en v.o dans le textepolicierlitterature americaine
A soap opera mystery

Alexie Peterson, est une star du petit écran. Elle a le rôle de Tiffany Miller dans le feuilleton quotidien The Yearning tides. Elle est aussi à la une des tabloïdes grâce à son ex-mari qui s’est enfuis après l’avoir dépouillée de sa fortune. Mais ce n’est rien comparé au fait d’être suspecter du meurtre de Marcy Blanchard la productrice associée du soap qui la haïssait. Alors avant de se retrouver en prison et pas pour un rôle, elle est déterminée à mener l’enquête…

Les romans policiers se suivent et ne se ressemblent pas. Alors que le précédent (cf. Dying in the wool) ne m’avait pas convaincue du tout, celui-ci est un agréable divertissement. Comme quoi, il ne faut désespérer de rien. Alors, certes ce n’est pas non plus la grande claque mais j’ai passé à un bon moment à découvrir les coulisses d’un soap opera et pour une fois, l’assassin n’est pas si évident même si à partir d’un certain événement, il est facile à démasquer (mais comme cela n’arrive pas avant le bon dernier tiers du livre). En tout cas, le personnage principal m’a beaucoup amusée avec ses tentatives souvent ratées pour jouer les détectives (elle tire sa science des émissions) et ses relations sentimentales un peu compliquées avec son petit ami du moment et le vrai policier qui mène l’enquête. J’adore le coéquipier fan du soap et surtout du personnage joué par l’actrice et qui le fait savoir. Une bonne lecture détente à conseiller.

Lire la suite

Kate Shakleton Mysteries

Chimère — — en v.o dans le textepolicier
Kate Shakleton Mysteries

Kate Shakleton est une veuve de la première guerre mondiale. Veuve par défaut, puisque son mari a mystérieusement disparu en plein conflit et n’a jamais été retrouvé. Ce drame l’a conduite à enquêter en amateur et retrouver des personnes disparues avec un certain talent. Mais voilà qu’une amie sur le point de se marier, veut l’engager à titre professionnel pour retrouver son père disparu depuis plusieurs années.

Alors sur cette idée de départ, c’était plutôt bien parti. Kate est une femme plutôt sympathique et son équipier Sykes aussi. Le mystère entourant le père de Tabitha est plutôt bien rendu. Et puis, le soufflé est retombé et j’avoue avoir eu du mal à trouver un intérêt à cette histoire en dehors du fait de vouloir savoir le fin mot de l’histoire. Encore que, une fois arrivé au bout de ces pages interminables, c’était pour découvrir que finalement ma solution était la bonne. L’auteur se disperse dans quelques retours dans le passé et divers points de vue. J’ignore encore pourquoi j’ai tenu à finir ce livre. Je dois être dans une période jusqu’au boutiste en lecture, mystère. En tout cas, ce ne fut pas vraiment une lecture agréable. Bref, passons à autre chose.

Lire la suite

Ravirn

Ravirn

Magic is about to get an upgrade.

Webmage - Kelly McCullough

Les anciennes divinités de la mythologie grecque n'ont pas disparu et ont investi les réseaux informatiques en développant le mweb avec ces mondes virtuels où chacun a créé son domaine selon sa personnalité. La magie est devenue indissociable des programmes informatiques et dans ce domaine là, Ravirn est un sorcier doué, un hacker redoutable, aidé de son familier Melchior son ordinateur portable dans le monde réel et un webgobelin dans les mondes virtuels, il pirate n'importe quel réseau informatique sans problème.

Il est également le petit fils au nième degré de Lachesis une des Parques, les déesses du Destin et c'est de là que vont commencer ses problèmes. En s'introduisant illégalement dans le réseau de sa grand tante Atropos, il va se retrouver pris dans un sacré guêpier. Car tatie Atropos autre déesse du Destin a créé un programme-enchantement qui va définitivement éradiquer le libre-arbitre et faire de chaque être vivant une marionnette sans possibilité de choix dans sa vie ou sa mort rendant de ce fait toute sa gloire aux trois déesses du Destin.

Du coup, Ravirn va se retrouver pourchassé par la quasi totalité de sa parentèle, grand-mère comprise (oui chez les dieux grecs, on ne se fait pas de cadeaux entre membres de la même famille, on s’entre tue joyeusement je dirai) et aussi par les Furies (et avoir les Furies aux trousses c'est la mort assurée, elles ne font pas dans la dentelle ces psychopathes). Heureusement, il compte quelques alliés mais est-ce que ce sera suffisant ?

Ce roman mélange la fantasy, la mythologie grecque et le cyberpunk à sa sauce et ma foi cela donne un petit récit sympathique qui est le premier d'une série racontant les aventures de Ravirn et son acolyte Melchior. Dommage que le roman se concentre uniquement sur la quête du sorcier hacker dans les mondes virtuels des dieux et déesses en négligeant le monde extérieur mais peut-être cet aspect est-il plus développé dans les suites.

Cela dit, il a beaucoup à faire avec ce sac de nœuds que sont les complots, intrigues et coups bas de sa divine famille et on peut comprendre qu'il n'ait pas le temps de se préoccuper d'autres choses. Le jargon informatique m'a un peu ralenti dans ma lecture déjà que j'ai du mal en français alors en anglais mais une fois qu'on s'y est fait, l'histoire est facilement compréhensible. Le duo Ravirn/Melchior fonctionne bien et leurs prises de becs apportent une dose d'humour plutôt bienvenue. Les autres personnages ne sont pas oubliés notamment Ahllan en sympathique webtroll infirmière et Cerice l'amoureuse de Ravirn.

Les références mythologiques grecques sont bien utilisées dans l'ensemble et se marient plutôt bien avec l'idée d'un futur proche où le développement du web permet la survie des dieux et surtout leur redonne un peu de leurs anciens pouvoirs.

Lire la suite

Agatha Raisin

Chimère — — en v.o dans le textepolicierlitterature ecossaise
Agatha Raisin

Agatha Raisin, active femme d'affaire londonienne décide de s'octroyer une retraite bien méritée en achetant un cottage dans le petit village de Carsely et vivant des rentes que lui ont rapporté la vente de son affaire. Mais à peine installée, Agatha doit vite déchanté, les villages anglais n'ont rien de bien palpitant, les habitants ne sont guère amicaux et on s'ennuie un peu voire beaucoup. Jusqu'à ce qu'elle décide de participer au concours de la meilleure quiche du village et que l'odieux juge du concours qui n'a pas eu la bonne grâce de lui donner le meilleur prix soit retrouvé mort empoisonné après avoir mangé sa fameuse quiche aux épinards acheté chez le meilleur traiteur de Londres qu'elle connaisse.

Sacrée Agatha, dans le genre elle fait fort. On ne la trouve pas de prime abord franchement sympathique, mais on finit très vite par s'attacher à elle. C'est vrai qu'elle essaye maladroitement de s'intégrer dans son nouvel environnement et qu'elle fait des efforts honorables dans ce sens. Après tout, grâce à son sens du marketing et de la vente, les oeuvres de charité du petit village ne se sont jamais mieux portées et depuis la malheureuse affaire de la quiche, Agatha a fermement décidé de se mettre elle même à la cuisine, et l'inspecteur de police local est vraiment très sympathique et son nouveau voisin, le très séduisant colonel à la retraite lui fait perdre un peu les pédales. Et dans tout ça, il faut trouver un assassin particulièrement coriace; Certes, nous ne sommes pas dans un roman d'Agatha Christie comme aime le rappeler l'auteur en faisant souvent référence à l'auteur et ses thèmes de prédilection mais tout de même, quand on s'appelle Agatha, on doit bien pouvoir démasquer l'infâme qui lui aura causé tant de tort en empoisonnant sa quiche. Un premier tome d'une longue série (heureusement trouvable en numérique) bien ficelé avec des personnages attachants et une intrigue certes peu révolutionnaire mais qui se laisse lire avec délice.

 

Lire la suite

The unladylike adventures of Kat Stephenson

The unladylike adventures of Kat Stephenson

Magie et sorcellerie sont choses parfaitement inconvenantes pour la bonne société en général et les jeunes filles de bonne famille en particulier mais Kat Stephenson, quatorze ans, ne semble pas vraiment s’en soucier d’autant que si on veut la sermonner à ce sujet, elle pourra toujours dire que c’est sa grande sœur Angelina qui a commencé la première en bidouillant un sortilège d’amour aux conséquences très embarrassantes. Et puis sauver son autre sœur ainée d’un mariage avec un Sir Neville, riche vieil homme soupçonné du meurtre de sa première femme est bien plus important, n’est-ce pas ?

Dans une ambiance régence avec un soupçon de magie, ce petit roman se déguste avec jubilation tant les personnages sont attachants au possible. Du reste, je vais certainement me jeter sur les deux autres livres de la série. C’est drôle, pétillant et très enlevé. La petite dernière des Stephenson semble enchaîner les catastrophes avec bonheur mais toujours pour la bonne cause et même qu’elle parvient à bien s’en dépatouiller quand même. Même la belle-mère que l’on aurait pu détester fini par devenir sympathique dans sa loyauté touchante pour sa famille et ses belles-filles qui lui en font voir de toutes les couleurs, il faut bien le reconnaître. J’ai bien envie de savoir comment les affaires de la famille vont bien pouvoir évoluer après ce premier tome et dans quels autres ennuis Kat va pouvoir foncer avec insouciance pour mon plus grand bonheur.

P.S : j’ai préféré vous laisser la couverture papier, celle numérique ne me plait pas du tout.

Lire la suite