Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Au Fil des Pages

Au Fil des Pages

De la lecture au fil des jours...

Catégorie : Litterature Anglaise

Le dernier apprenti sorcier

Le dernier apprenti sorcier

De quoi ça parle ?

Peter Grant agent de police encore en probation se retrouve à monter la garde près d’une scène de crime où un homme a été retrouvé décapité. C’est alors que se présente à lui un témoin qui se trouve être………….un fantôme. Sa carrière prend alors une toute autre tournure quand il est recruté par Thomas Nightingale, un sorcier, le seul représentant d’une brigade spéciale chargée des enquêtes sur le surnaturel au sein de la Police Métropolitaine de Londres, dont il devient l’apprenti.

 

Pourquoi ce livre ?

Les échos étaient positifs. J’avais vu une interview de l’auteur qui m’a paru sympathique et a très bien vendu son concept. L’idée de base me plaisait.

 

Est-ce que c’est bien ?

Alors que je me trouvais au cours d’une longue traversée du désert (comprenez que j’étais en panne de lecture), ce livre m’a remise sur les rails en quelques pages. Je l’ai lu d’une traite et me suis beaucoup amusé à suivre les premiers pas de Peter dans le monde de la magie, du surnaturel. C’est d’autant plus marrant que le héros narrateur est doté d’un esprit scientifique qui le pousse à savoir comment ça marche et de ne pas se satisfaire des réponses de son maitre (on s’en fout c’est magique !) quitte à faire exploser leur laboratoire suite à une expérience hasardeuse.

L’humour ne fait pas oublier l’histoire qui s’avère intéressante et pour une fois pas trop tirée par les cheveux donc « crédible ». J’aime bien l’univers développé. On y croise des génies des lieux humains qui personnifient les rivières (la guéguerre entre Mère Tamise et Père Tamise met bien l’ambiance dans une intrigue déjà explosive), la magie a été codifiée par Newton (un type visiblement touche à tout), il y a des trolls qui vivent sous les ponts, le surnaturel est caché aux yeux de tous d’où les explications officielles qui sont parfois vraiment limites mais forcément drôles. L’auteur offre surtout l’occasion de se balader dans Londres, ses rues, quartiers et son histoire. On voit qu’il connait à fond son sujet donc sans plan et sans boussole j’ai suivi en toute confiance.

Un extrait ?

 

« Et c’est là que vous me dites qu’il existe une brigade secrète de la Métro dont la mission est de s’en prendre aux fantômes, aux goules, aux fées, aux démons, aux sorcières et aux sorciers, aux elfes, aux farfadets… ? Vous pouvez m’arrêter avant que je sois à court de créatures surnaturelles.
- Vous n’êtes pas au bout de vos surprises.
- Les extraterrestres aussi ? me sentis-je obligé de demander.
- Pas encore.
-Et la brigade secrète de la Métro ?
- Il n’y a que moi, j’en ai peur »

Les rivières de Londres - BenAaronovitch

  Il y a une suite ?

Oui, il y en a une que je veux bien sûr.

 

Quelle note ?

 

4/5

Il y a une suite ?

Oui, il y en a une que je veux bien sûr.

 

Quelle note ?

4/5

Le dernier apprenti sorcier
Lire la suite

La loi de la jungle

Chimère — — Rudyard Kiplinglitterature classiquelitterature anglaise
La loi de la jungle

De quoi ça parle ?

Deuxième série de nouvelles et contes autour de Mowgli mais pas seulement.

Pourquoi ce livre ?

Parce que j’ai lu le premier ? Oui mais surtout parce que dans mes souvenirs de lecture c’est avec ce second livre de la jungle que j’ai découvert Mowgli et sa bande.

Est-ce que c’est bien ?

De mon point de vue, c’est même bien meilleur que le premier. On y retrouve un Mowgli plus adulte mais aussi des personnages fascinants au sein de la faune. Il y a du suspens, de l’aventure, des contes et légendes entrecoupés de poèmes qui concluent chaque histoire. J’aime beaucoup l’histoire du Mugen par exemple et le dialogue entre lui, le chacal et la grue est particulièrement drôle mais aussi dramatique dans ses sous-entendus, sans compter la conclusion de l’histoire. Les rapports entre la nature et le monde des hommes sont plus tendus également. Le départ définitif du petit d’homme de la jungle clôt le tout. C’est loin de l’image enfantine et bisounouresque de l’adaptation Dysney et en un sens plus profond et plus marquant.

Quelle note ?

4/5

 

Lire la suite

L'abus de fantômes est dangereux pour la santé

Chimère — — Edgar Wallacepolicierlitterature anglaiselitterature classique
L'abus de fantômes est dangereux pour la santé

De quoi ça parle ?

C’est l’histoire d’Andrew McLeod, venu dans le quartier résidentiel de Beverly arrêté un cambrioleur escroc sur les bords et qui se retrouve à enquêter sur un meurtre, du chantage à n’en plus finir, un usurier machiavélique tout en faisant de son mieux pour empêcher que les soupçons se portent sur Stella Nelson une jeune femme dont il est tombé amoureux et qui semble semer les indices de sa culpabilité partout.

Pourquoi ce livre ?

Je n’en sais rien, le titre peut-être ? Je ne connaissais pas du tout l’auteur.

Est-ce que c’est bien ?

C’est plutôt finement joué. On nous balade de suspect en suspect et de mystère en mystère. L’écriture est agréable et accessible mais je n’en ferai pas le summum de mes lectures préférées. Sans doute parce que les personnages principaux sont moins intéressants que les secondaires dans certains cas (j’ai un faible pour le très marrant et très voleur Scottie) et que j’ai deviné l’identité secrète de l’infâme usurier avant le détective si doué et le très habile journaliste. Cela n’empêche pas d’apprécier la chasse au meurtrier et la résolution d’énigmes annexes.

Quelle note ?

3/5

Lire la suite

Les enquêtes de Hugh Corbett

Chimère — — paul dohertypolicierlitterature anglaise
Les enquêtes de Hugh Corbett

De quoi ça parle ?

A Londres au XIIIème siècle sous le règne d’Edouard 1er, Hugh Corbett Clerc royal est chargé d’une mission : enquêter sur l’apparent suicide d’un homme retrouvé pendu dans l’église de Saint Mary-le-Bow. Mais derrière cet anodin fait divers, se cache de sombres complots mêlés de magie noire.

Pourquoi ce livre ?

Je ne sais pas trop, j’aime bien les enquêtes policières au Moyen-Âge.

Est-ce que c’est bien ?

Je suis en train de revenir sur mon opinion pas très favorable concernant Paul C. Doherty, auteur prolixe en matière de roman policier historique et en pseudonymes également. Les derniers livres que j’ai lu de cet auteur, dont celui-ci m’ont vraiment plu. L’auteur semble s’être inspiré d’authentiques affaires de l’époque pour écrire ses romans et certains des personnages que croise Hugh ont vraiment existé à commencer par son patron Burnel. Donc, dans cette ambiance somme toute réaliste, l’intrigue criminelle devient d’un coup plus intéressante mais j’ai tout de même trouvé les coupables avant la fin, les indices étaient trop évidents. Il ne reste plus qu’à espérer que les autres enquêtes soient un peu plus corsées. Cela dit, j’aime bien le personnage principal ainsi que son acolyte le bouillant Ranulf et les indications sur les faits et personnages historiques.

Il y a une suite ?

Oui, c’est le premier d’une série que je mets sans souci dans mon carnet.

Quelle note ?

4/5

Lire la suite

Elémentaire...oups, me suis trompée

Chimère — — August Derlethpolicierlitterature anglaise
Elémentaire...oups, me suis trompée

Parce qu’il n’avait pas eu l’autorisation d’Arthur Conan Doyle de poursuivre les aventures de Sherlock Holmes, August Derleth grand admirateur du détective du 221B Baker Street, fini par créer son Sherlock à lui, Solar Pons. Hommage plutôt que plagiat envers son illustre modèle, le personnage de Solar Pons avait également un biographe médecin, ses irréguliers, son Lestrade (appelé Jamison), mais l’auteur au fil des nouvelles se démarque un peu notamment en faisant se croiser son personnage avec d’autres personnages de détectives littéraires de son époque (dont Hercule Poirot entre autres).

 

Solar Pons né en 1880 à Prague. Fils d’Asenath Pons consul mandaté à Prague et de Roberta McIvor Pons. Frère cadet de Bancroft Stoneham au Service de Sa Majesté. Ecole publique puis Oxford summa cum lade, 1899. Célibataire. Clubs : Savile, Diogenes, Athenaeum, Cliff Dweller, Lambs. Profession : enquêteur privé établi au 7B Praed Street depuis 1907. Depuis 1919 collaboration avec M.Lyndon Parker M.D. Auxiliaires  occasionnels : Les Irréguliers de Praed Street, bande d’enfants des rues dirigée par Alfred Peake (quatorze ans) et comptant parmi ses affiliés « Pinky », Roger et Sid. Membres de l’Intelligence Service durant les Première et Seconde Guerres Mondiales. Monographie : Recherches concernant les ruines Nan-Matal de Ponape (1905) ; Ratiocinations une approche logique (1917) ; Le problème d’échecs et le statut de l’esprit (1919) ; Le processus inductif (1921) ; Sur la valeur des évidences circonstancielles (1925) ; Examen du culte de Chtulhu parmi d’autres (1931). Déplacements fréquents, points d’attache : New York, Chicago, Paris, Vienne, Prague, Rome. Adresse principale : 7B Praed Street, Londres, W2. Téléphone : Ambassador I00000.

Enquêtes de Solar Pons - August Derleth

Après cette présentation officielle plutôt complète, passons aux histoires proprement dites. Il s’agit là non d’un recueil complet mais d’une anthologie. Les récits respectent bien l’ambiance et le type d’enquête holmesiens et on y retrouve même le ton et le style. Les énigmes sont variées mais sont parfois, un peu trop facile à résoudre (dommage). J’ai regretté de ne pas avoir une intégrale en main qui aurait permis de mieux cerner la façon dont l’univers de l’auteur se démarque peu à peu de son modèle. Une petite découverte intéressante en tout cas.

Lire la suite

De l'importance de demander une chambre avec vue...

De l'importance de demander une chambre avec vue...

Ah là, là ! Chambre avec vue, que de souvenirs ! Mon premier film en V.O,  ce fut d’ailleurs la seule et unique fois où j’ai suivi avec intérêt les cours d’anglais à l’école c’est pour dire. Donc, après le film, j’ai lu le livre et là encore re coup de foudre. Et puis, l’occasion du challenge s’est présentée et j’ai donc relu mais en anglais cette fois ci.

 

Lucy Honeychurch jeune anglaise du tout début du XXème siècle et sa cousine jouant les chaperons font un séjour à Florence. La voilà toute désappointée, car la promesse d’une chambre avec vue sur l’Arno n’a pas été tenue. C’est alors qu’intervient Monsieur Emerson et son fils Georges eux ont une chambre avec vue et cela ne les dérange pas de faire l’échange.

 

A partir de là, deux mondes totalement opposés se rencontrent et cela fait des étincelles et mon petit cœur de lectrice a suivi avec allégresse toute les péripéties du récit qu’il connait déjà sauf pour des détails oubliés qui ont fait tout le sel de cette relecture. J’adore les personnages même secondaires, même Cecil Wyse qui est pourtant le rival de George, les hésitations de Lucy entre la raison et la passion, l’Italie, l’inénarrable cousine Bartlett, tout quoi.

 

Un coup de cœur attendu et pas de déception. Je fini mon challenge en beauté et c’est bien. Je ne saurai trop vous en recommander la lecture si vous ne connaissez pas, c’est un beau roman, c’est une belle histoire.

 

De l'importance de demander une chambre avec vue...

NB : la couverture n’étant pas très inspirante, j’ai décidé de bidouiller une image à ma façon, donc inutile de chercher le livre avec cette illustration-là.

 

Lire la suite

Le juge Amerotkê

Chimère — — Paul Dohertypolicierlitterature anglaise
Le juge Amerotkê

Touthmosis II de retour à Thèbes meurt dans des circonstances mystérieuses, apparemment mordu par une vipère. Sa veuve Hatchepsout demande au juge Amerotkê d’enquêter. Y a-t-il un rapport avec les récents viols de sépultures? Et qui est le mystérieux maître-chanteur qui menace Hatchepsout ? Quand d’autres morts suspectes autour de l’entourage de la reine surviennent, il est temps de mettre les bouchées doubles pour démêler ce sac de nœuds…

 

Je poursuis dans le policier historique et après une halte au XIIème siècle, je retourne dans l’Egypte antique, avec un nouveau personnage : le sage Amerotkê qui décidément n’a pas la tâche la plus facile du monde. D’entrée, le récit est passionnant ne serait-ce que par les luttes de pouvoir autour du trône vacant et les différentes stratégies politiques des prétendants à la régence tiennent bien en haleine et se remettent bien dans l’ambiance. Et puis l’intrigue criminelle est suffisamment alambiquée pour que le coupable ne soit pas évident dès le premier tiers du récit. Par contre, un certain nombre d’ellipses dans le récit m’ont un peu perturbées et j’ai eu l’impression d’avoir manqué quelques paragraphes, notamment avec la réapparition d’un personnage dont on ne nous explique pas comment ni pourquoi il reprend contact avec Amerotkê. Mis à part ce petit détail, le livre est une bonne surprise et les suites sont désormais dans mon petit carnet.

Lire la suite

La foire aux vanités

Chimère — — defis lectureslitterature classiquelitterature anglaise
La foire aux vanités

Les vacances c'est super, on en profite pour enfin lire ces gros pavés que l'on s'était promis de lire pendant toute l'année et même que l'on s'était inscrite à un challenge pour ça (voir logo ci dessus). Et qu'est ce qu'on regrette maintenant que c'est fait, de ne pas l'avoir lu plus tôt. On c'est moi. Je viens de passer des heures fabuleuses de lecture et je suis encore sur mon petit nuage. 

Cela dit, j'en descends un petit peu pour vous en parler en bien, et plus qu'en bien même. Donc l'histoire : C'est l'histoire d'une jeune fille qui..ou plutôt non,en fait il y en a deux, deux jeunes filles sortant de pension,. Pour l'une l'avenir semble tout tracé, le retour dans la maison familiale et la probabilité d'un mariage avec un jeune homme choisi par sa famille, du même milieu aisé, des enfants, un train de vie plus que confortable. Pour l'autre c'est plus incertain, pauvre, sans famille et sans appui dans le monde, elle deviendra gouvernante pour les filles d'un petit baronnet. Mais, quand le destin et à plus forte raison quand le destin s'appelle l'auteur s'en mêle, les choses ne sont pas si simple. Et rien ne garanti que tout se passera comme prévu.

Prenez, notre orpheline, elle est sans le sou certes mais elle est maligne, intelligente et sans aucun scrupule. En voilà une qui saura sans doute mener sa barque très loin. D'autant qu'elle n'a d'autre intérêt dans la vie que le sien propre. Et quant à la douce autre jeune fille qui semble mieux lotie par la position sociale de sa famille, il n'est pas sur que dans la lutte pour la survie, elle soit la mieux armée des deux. Et tout autour, d'autres personnages s'agitent pour eux aussi atteindre les hauteurs  inestimables du paradis de la richesse et de la gloire sociale, certains chutent, d'autres y parviennent avec plus ou moins de facilité mais rien ne dit qu'ils resteront au sommet de la chaîne alimentaire.

Portrait cruel et sans concession de la nature humaine dans tout ce qu'elle peut avoir de plus affligeant de bêtise, de superficialité, d'hypocrisie, de vénalité, d'orgueil et de présomption. Mais, on découvre aussi au détour des pages, un peu d'espoir pour l'amour, le don de soi, et la solidarité aussi. 

Si vous n'avez pas encore lu La foire aux vanités, rattrapez cette erreur vite.

 

La foire aux vanités
Lire la suite

A la découverte d'un classique du fantastique

Chimère — — R.L.Stevensonlitterature classiquelitterature anglaise
A la découverte d'un classique du fantastique

De quoi ça parle ?

Heu…Il y a vraiment besoin de résumer ? Bon, bon ça va, je vais le faire. Alors c’est l’histoire d’un certain Henry Jekyll brillant scientifique qui décide de se créer grâce à l’absorption d’une décoction de son cru, un double Mr Hyde son antithèse physique et morale afin de s’adonner à ses pulsions inavouables tout en conservant les apparences d’un homme vertueux et respectable. (On appelle ça de l’hypocrisie mais soit, passons). Et disons que comme dans toute histoire de savant maboul, les choses vont déraper…mais vraiment déraper.

Pourquoi ce livre ?

C’est typiquement le genre de classique que l’on croit connaître à fond sans l’avoir lu. J’ai voulu confronter mon idée de l’histoire au texte original.

Est-ce que c’est bien ?

Le texte est court et dense. La découverte progressive des liens entre Jekyll et Hyde monte en puissance jusqu’à la révélation finale. Le seul hic, c’est que connaissant l’histoire, il n’y avait pas vraiment de surprise. Mais par contre, l’écriture est très efficace. Pas de temps mort ni de superflu dans les détails, presque des faits cliniques ce qui fait probablement que la mayonnaise prend. Comme quoi, c’est possible d’installer une ambiance fantastique légèrement angoissante sans en faire des tonnes niveau pages. L’économie de moyens a parfois du bon. Bon dans ma liste de classiques du fantastique à découvrir je peux rayer celui-ci et le mettre avec le Dracula de Bram Stoker dans la case bonne pioche.

Quelle note ?

4/5

Lire la suite