Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Au Fil des Pages

Au Fil des Pages

De la lecture au fil des jours...

Catégorie : Litteraturegenerale

Les Enfants de la Terre

Chimère — — defis lectureslitteraturegeneralelitterature americaine
Les Enfants de la Terre

Dans ce premier tome, on découvre l’héroïne de cette saga au temps de la préhistoire : Ayla. Ayla c’est une petite fille dont le clan a disparu lors d’un tremblement de terre et qui est recueilli par un autre clan. Sauf que ce clan n’est pas de la même espèce humaine qu’elle.

Toute l’originalité du personnage vient de ce parcours atypique qui va marquer le reste de son existence, sa personnalité et son rapport aux autres. L’auteur en profite pour nous faire un cours très intéressant sur les différentes techniques de chasse, de taille d’outils, et autres détails sur la vie au temps préhistorique. On y découvre également les prémices de la médecine, et les premiers cultes.

Je suis toujours autant agacée par l’aspect didacticiel du roman mais en fait, il est largement compensé par l’écriture très agréable et l’histoire qui est racontée. Au fond, ce qui est important c’est de passer un bon moment et d’avoir envie de lire la suite ce qui est le cas. Pour une relecture, j’ai été très vite, remise dans l’ambiance de ma première lecture et il m’a même tardé de passer au second tome bien que j’en connaisse également l’histoire. De plus, entre ces deux lectures, du temps s’était écoulé et vu le nombre d’événements que j’avais oublié, c’était comme une vraie découverte.

Les Enfants de la Terre
Lire la suite

Le journal de Julie

Chimère — — litteraturegeneralelitterature norvegienne
Le journal de Julie

On va s'écraser. Je t'aime. Fais ce que tu veux. Papa.

C’est le dernier message que reçoit Julie, juste avant que l’avion où se trouvaient ses parents et son frère ne s’écrase quelque part en Afrique. Depuis, sur les conseils de docteur dingo (ce n’est pas son vrai nom), elle écrit un journal intime et n’a qu’une obsession réussir un suicide spectaculaire.

C’est à travers ce journal intime que nous suivons les rocambolesques aventures de Julie qui après sa très remarquée tentative de suicide ratée (une pendaison pendant la représentation d’une pièce de théâtre de son lycée) a comme première pensée d’aller injurier le vendeur qui lui a vendu une corde élastique haute montagne au lieu d’une corde classique. On n’est pas aidé de nos jours, je vous jure.

Erlend Loe est un auteur qui me fait rire, mais vraiment. Il a toujours des idées assez tordues, des personnages légèrement branques sur les bords dont les actions ont parfois des conséquences complètement loufoques et inattendues. J’ai quand même mis plus de dix minutes à me remettre du passage où son héroïne raconte comment en pleine psychose de la grippe aviaire, elle s’est clandestinement introduite dans un poulailler au fin fond de la campagne roumaine pour passer la nuit avec les poulets en espérant être contaminée (peine perdue bien entendu).

Donc Julie est en colère, elle en veut à la terre entière même à ceux qui l’aiment et voudraient l’aider. Prête à se lancer dans des projets démentiels, elle n’hésite jamais et n’est jamais à court de ressources. Elle nous raconte donc son odyssée chaotique, ses rencontres, et ses humeurs avec un sens de l’humour noir particulièrement réjouissant.

Moi, j’ai passé un bon moment avec cette histoire où finalement et on s’en doutait, l’héroïne n’ira pas jusqu’au bout de son projet de non vie mais parviendra à faire son deuil (comment je vous le laisse découvrir) et à se trouver une nouvelle raison de vivre, mais en attendant quelle histoire délirante et délicieuse !

 

Sauf que voilà, je n'ai pas disparu, je suis là, toujours aussi furieuse et l'autre crétin des Alpes de la Montagne Scandinave, cet abruti qui m'a vendu cette corde de merde, il va m'entendre.

Hier matin, j'ai sauté par la fenêtre. Ici à l'hôpital. Mais j'avais la tête dans le coltard et je n'ai pas fais gaffe que pour une raison débile, ils m'avaient transférée au cours de la nuit du sixième au premier étage. Conséquence : j'ai atterri comme une plume sur le tas de neige le plus grand du monde..(extrait)

Muleum - Erlend Loe

Lire la suite