Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Au Fil des Pages

Au Fil des Pages

De la lecture au fil des jours...

Catégorie : Policier

L'abus de fantômes est dangereux pour la santé

Chimère — — Edgar Wallacepolicierlitterature anglaiselitterature classique
L'abus de fantômes est dangereux pour la santé

De quoi ça parle ?

C’est l’histoire d’Andrew McLeod, venu dans le quartier résidentiel de Beverly arrêté un cambrioleur escroc sur les bords et qui se retrouve à enquêter sur un meurtre, du chantage à n’en plus finir, un usurier machiavélique tout en faisant de son mieux pour empêcher que les soupçons se portent sur Stella Nelson une jeune femme dont il est tombé amoureux et qui semble semer les indices de sa culpabilité partout.

Pourquoi ce livre ?

Je n’en sais rien, le titre peut-être ? Je ne connaissais pas du tout l’auteur.

Est-ce que c’est bien ?

C’est plutôt finement joué. On nous balade de suspect en suspect et de mystère en mystère. L’écriture est agréable et accessible mais je n’en ferai pas le summum de mes lectures préférées. Sans doute parce que les personnages principaux sont moins intéressants que les secondaires dans certains cas (j’ai un faible pour le très marrant et très voleur Scottie) et que j’ai deviné l’identité secrète de l’infâme usurier avant le détective si doué et le très habile journaliste. Cela n’empêche pas d’apprécier la chasse au meurtrier et la résolution d’énigmes annexes.

Quelle note ?

3/5

Lire la suite

Les enquêtes de Hugh Corbett

Chimère — — paul dohertypolicierlitterature anglaise
Les enquêtes de Hugh Corbett

De quoi ça parle ?

A Londres au XIIIème siècle sous le règne d’Edouard 1er, Hugh Corbett Clerc royal est chargé d’une mission : enquêter sur l’apparent suicide d’un homme retrouvé pendu dans l’église de Saint Mary-le-Bow. Mais derrière cet anodin fait divers, se cache de sombres complots mêlés de magie noire.

Pourquoi ce livre ?

Je ne sais pas trop, j’aime bien les enquêtes policières au Moyen-Âge.

Est-ce que c’est bien ?

Je suis en train de revenir sur mon opinion pas très favorable concernant Paul C. Doherty, auteur prolixe en matière de roman policier historique et en pseudonymes également. Les derniers livres que j’ai lu de cet auteur, dont celui-ci m’ont vraiment plu. L’auteur semble s’être inspiré d’authentiques affaires de l’époque pour écrire ses romans et certains des personnages que croise Hugh ont vraiment existé à commencer par son patron Burnel. Donc, dans cette ambiance somme toute réaliste, l’intrigue criminelle devient d’un coup plus intéressante mais j’ai tout de même trouvé les coupables avant la fin, les indices étaient trop évidents. Il ne reste plus qu’à espérer que les autres enquêtes soient un peu plus corsées. Cela dit, j’aime bien le personnage principal ainsi que son acolyte le bouillant Ranulf et les indications sur les faits et personnages historiques.

Il y a une suite ?

Oui, c’est le premier d’une série que je mets sans souci dans mon carnet.

Quelle note ?

4/5

Lire la suite

Un vol, deux clés, deux suspects ou pas...

Un vol, deux clés, deux suspects ou pas...

De quoi ça parle ?

D’un cambriolage. Plus de 300000 francs qui se volatilisent d’un coffre d’une banque. La serrure n’a pas été forcée et seules deux personnes en possédaient la clef et la combinaison : le banquier Fauvel et son caissier principal Prosper Bertomy qui est aussitôt accusé (à tort bien évidemment). Mais ce vol ne cacherait-il pas un crime bien plus grave ?

Pourquoi ce livre ?

Parce que, j’aime beaucoup Emile Gaboriau depuis L’affaire Lerouge. Son détective, l’agent de la Sureté Monsieur Lecoq véritable caméléon, redoutable d’intelligence qu’il met au service de la justice est un personnage qui ne s’oublie pas et sera précurseur de beaucoup d’autres y compris outre-manche.

Est-ce que c’est bien ?

Ben oui, ça l’est. D’abord, on nous sert une intrigue des plus savoureuses et des plus compliqués avec des personnages embourbés dans un sacré sac de nœuds. Certes, j’ai eu de gros soupçons sur un certain personnage qui se sont avérés exacts mais je n’avais absolument pas prévu la machination crapuleuse et criminelle qui était bien cachée par ce coupable somme toute évident. Mes neurones ont pas mal chauffés avec les indices laissés ici et là et la révélation de toute l’affaire est vraiment passionnante. Malgré quelques dialogues un peu datés, l’écriture passe très bien et le récit aurait même pu être écrit de nos jours, il n’aurait pas démérité. Je ne me suis pas ennuyée une seconde. Les secrets de famille sont tout de même de bons ingrédients pour concocter des énigmes policières des plus tordues et fascinantes

Un extrait ?

– Est-ce possible ! murmurait le caissier dont toutes les idées étaient bouleversées, est-ce possible !
– Quoi ?
– Tout ce que vous venez de m’apprendre.
M. Verduret bondit en homme peu habitué à voir ses auditeurs douter de la sûreté de ses informations.
– Si c’est possible ! s’écria-t-il, mais c’est la vérité même, la vérité prise sur le fait et exposée toute palpitante.
– Quoi ! de telles choses peuvent se passer à Paris, au milieu de nous, sans que…
– Parbleu ! interrompit le gros homme, vous êtes jeune, mon camarade ! il s’en passe bien d’autres… et vous ne vous en doutez guère. Vous ne croyez, vous, qu’aux horreurs de la cour d’assises. Peuh ! on ne voit au grand jour de la Gazette des Tribunaux que les mélodrames sanglants de la vie, et les acteurs, d’immondes scélérats, sont lâches comme le couteau ou bêtes comme le poison qu’ils emploient. C’est dans l’ombre des familles, souvent à l’abri du code que s’agite le drame vrai, le drame poignant de notre époque ; les traîtres y ont des gants, les coquins s’y drapent de considération, et les victimes meurent désespérées, le sourire aux lèvres… Mais c’est banal, ce que je vous dis là, et vous vous étonnez…

Le dossier 113 - Emile Gaboriau

Il y a une suite ?

D’autres enquêtes de Lecoq existent et je compte bien en lire le maximum.

Quelle note ?

4/5

 

Lire la suite

Elémentaire...oups, me suis trompée

Chimère — — August Derlethpolicierlitterature anglaise
Elémentaire...oups, me suis trompée

Parce qu’il n’avait pas eu l’autorisation d’Arthur Conan Doyle de poursuivre les aventures de Sherlock Holmes, August Derleth grand admirateur du détective du 221B Baker Street, fini par créer son Sherlock à lui, Solar Pons. Hommage plutôt que plagiat envers son illustre modèle, le personnage de Solar Pons avait également un biographe médecin, ses irréguliers, son Lestrade (appelé Jamison), mais l’auteur au fil des nouvelles se démarque un peu notamment en faisant se croiser son personnage avec d’autres personnages de détectives littéraires de son époque (dont Hercule Poirot entre autres).

 

Solar Pons né en 1880 à Prague. Fils d’Asenath Pons consul mandaté à Prague et de Roberta McIvor Pons. Frère cadet de Bancroft Stoneham au Service de Sa Majesté. Ecole publique puis Oxford summa cum lade, 1899. Célibataire. Clubs : Savile, Diogenes, Athenaeum, Cliff Dweller, Lambs. Profession : enquêteur privé établi au 7B Praed Street depuis 1907. Depuis 1919 collaboration avec M.Lyndon Parker M.D. Auxiliaires  occasionnels : Les Irréguliers de Praed Street, bande d’enfants des rues dirigée par Alfred Peake (quatorze ans) et comptant parmi ses affiliés « Pinky », Roger et Sid. Membres de l’Intelligence Service durant les Première et Seconde Guerres Mondiales. Monographie : Recherches concernant les ruines Nan-Matal de Ponape (1905) ; Ratiocinations une approche logique (1917) ; Le problème d’échecs et le statut de l’esprit (1919) ; Le processus inductif (1921) ; Sur la valeur des évidences circonstancielles (1925) ; Examen du culte de Chtulhu parmi d’autres (1931). Déplacements fréquents, points d’attache : New York, Chicago, Paris, Vienne, Prague, Rome. Adresse principale : 7B Praed Street, Londres, W2. Téléphone : Ambassador I00000.

Enquêtes de Solar Pons - August Derleth

Après cette présentation officielle plutôt complète, passons aux histoires proprement dites. Il s’agit là non d’un recueil complet mais d’une anthologie. Les récits respectent bien l’ambiance et le type d’enquête holmesiens et on y retrouve même le ton et le style. Les énigmes sont variées mais sont parfois, un peu trop facile à résoudre (dommage). J’ai regretté de ne pas avoir une intégrale en main qui aurait permis de mieux cerner la façon dont l’univers de l’auteur se démarque peu à peu de son modèle. Une petite découverte intéressante en tout cas.

Lire la suite

C'est le plus grand des voleurs (air connu)

C'est le plus grand des voleurs (air connu)

Arsène Lupin ! Non mais qui ne connaît pas ce personnage mythique créé par Maurice Leblanc, ce génial cambrioleur roi du déguisement, aux exploits plus incroyables les uns que les autres, suscitant l’effroi et l’admiration, ayant toujours un coup d’avance sur la police, mythique je vous dis voire légendaire (les fans d’How I met your mother, savent de quoi je parle).

Arsène Lupin, gentleman cambrioleur présente le personnage et regroupe quelques nouvelles racontant les aventures et exploits de ce voleur hors du commun. Rien que la première histoire racontant l’arrestation et l’évasion d’Arsène Lupin est un vrai petit bijou où l’on est de toute façon du côté du voleur aux dépens du gendarme et où il est impossible de ne pas jubiler devant les coups tordus imaginé par ce cher Arsène qui va même jusqu’à organiser un cambriolage de haut vol depuis sa cellule. C’est drôle, avec un sens du suspens et du retournement de situation, et j’ai adoré. Les récits suivants sont plus ou moins aussi aboutis, mais tout aussi intéressant et la dernière nouvelle boucle la boucle puisqu’elle renvoie au début.

 

La relecture a été une très bonne surprise dans le sens, où la première découverte remonte à loin dans le passé et où ne me souvenant plus de tous les détails j’avais l’impression de lire de l’inédit. Et puis le style n’a pas pris une ride, sauf pour quelques dialogues qui font un peu datés, ce qui rend la lecture encore plus agréable.

 

Donc, là je suis remontée à bloc pour les lire les autres aventures du gentleman cambrioleur. Si vous ne connaissez pas, foncez sans hésitation.

Lire la suite

Incursion dans le polar islandais

Chimère — — Arnaldur INDRISASONpolicierlittérature islandaise
Incursion dans le polar islandais

En plein hiver, un petit garçon d’origine thaïlandaise est retrouvé mort poignardé près de l’immeuble où il vivait avec sa mère et son frère aîné. Crime lié au racisme, à un possible trafic de drogue, ou autre ? Erlendur parallèlement enquête aussi sur la disparition d’une femme signalée par son mari.

 

J’adore Indridason. Vraiment. Mais je ne le conseillerai pas à un dépressif. Ce livre-là, c'est du bon…voire même du très bon. Ce n’est donc pas un livre d’une franche gaîté mais une enquête qui s’annonce difficile vu le peu d’indices dont dispose la police. Les pistes se multiplient : racisme, drogue, pédophilie, autres ? Mais ces pistes construisent un récit puzzle passionnant notamment sur la question de l’immigration en pays scandinave. Et puis en parallèle, cette femme disparue qui ramène Erlendur à sa propre histoire. L’auteur laisse en effet planer un doute sur Bergur et sa mystérieuse disparition qui forcément titille mon imagination. En résumé, j’ai adoré revenir dans l’univers d’Indridason alors que je déteste le froid, la neige et tout ce qui va avec.

 

N.B : J’ai dit que l’on ne respirait pas forcément la joie de vivre dans les romans d’Indridason, mais voici le seul passage à tendance humoristique (mais est-ce volontaire ?) que j'ai beaucoup apprécié :

 

 

« Vous avez un insigne de flic ? demanda le gamin. Je peux le voir ?
Je ne possède pas d’insigne, précisa Erlendur. Je suppose que tu veux parler de cette chose que portent les flics dans les films. Ils n’ont rien de véritables policiers. Ce ne sont que des acteurs ratés »

Hiver arctique - Arnaldur Indridason

Lire la suite

Le juge Amerotkê

Chimère — — Paul Dohertypolicierlitterature anglaise
Le juge Amerotkê

Touthmosis II de retour à Thèbes meurt dans des circonstances mystérieuses, apparemment mordu par une vipère. Sa veuve Hatchepsout demande au juge Amerotkê d’enquêter. Y a-t-il un rapport avec les récents viols de sépultures? Et qui est le mystérieux maître-chanteur qui menace Hatchepsout ? Quand d’autres morts suspectes autour de l’entourage de la reine surviennent, il est temps de mettre les bouchées doubles pour démêler ce sac de nœuds…

 

Je poursuis dans le policier historique et après une halte au XIIème siècle, je retourne dans l’Egypte antique, avec un nouveau personnage : le sage Amerotkê qui décidément n’a pas la tâche la plus facile du monde. D’entrée, le récit est passionnant ne serait-ce que par les luttes de pouvoir autour du trône vacant et les différentes stratégies politiques des prétendants à la régence tiennent bien en haleine et se remettent bien dans l’ambiance. Et puis l’intrigue criminelle est suffisamment alambiquée pour que le coupable ne soit pas évident dès le premier tiers du récit. Par contre, un certain nombre d’ellipses dans le récit m’ont un peu perturbées et j’ai eu l’impression d’avoir manqué quelques paragraphes, notamment avec la réapparition d’un personnage dont on ne nous explique pas comment ni pourquoi il reprend contact avec Amerotkê. Mis à part ce petit détail, le livre est une bonne surprise et les suites sont désormais dans mon petit carnet.

Lire la suite

Les aventures de Guilhem d'Ussel chevalier troubadour

Chimère — — Jean d'Aillonpolicierlitterature francophone
Les aventures de Guilhem d'Ussel chevalier troubadour

 

Note de l’éditeur :

1198. Enlevé par des inconnus, Roncelin vicomte de Marseille a disparu. Sept compagnons partent à sa recherche. Parmi eux, Hugues de Fer ancien croisé, le médecin Averroes (de son vrai nom Ibn Rushd), un frère et une sœur saltimbanques romains et le meilleur archer d’Angleterre Robert de Locksley… A leur tête Guilhem d’Ussel joueur de vielle et fine lame. Mais dans cette équipée, certains semblent être animés de toute autres desseins…Quelles sont les véritables raisons de leur venue à Marseille ? Quel est le rôle des consuls de la ville ? Pourquoi ces écorcheurs qui rôdent dans les campagnes ? La riche ville phocéenne attire bien des convoitises, à commencer par celle du pape Innocent III…

Dans une ambiance du contexte médiéval de l’époque très bien rendu, l’histoire parvient à rester captivante. On suit avec plaisir les actions des personnages, et leurs motivations parfois conflictuelles les unes envers les autres. Car tout le monde ou presque a des choses à cacher à ses compagnons de route. Qui sont réellement ces jongleurs romains ? Que vient réellement faire Guilhem d’Ussel dans cette affaire ? Y a-t-il des traîtres parmi eux ?

De fait, la tension monte et plus le plan d’évasion d’origine semble compromis et amène à en improviser d’autres pas toujours heureux, plus j’ai vite tourné les pages pour savoir. Il y a plusieurs énigmes policières dans ce roman ce qui ajoute du potentiel dans la liste des coupables, mais même si mes suspects personnels étaient les bons au final, j’ai passé un bon moment grâce aux doubles jeux des personnages, leurs personnalités et les retournements de situation qui s’enchaînent sans temps mort. Du coup, ma curiosité est piquée et je me lancerai avec plaisir les routes avec Guilhem singulier personnage dont j’apprécie le sens pragmatique et l’esprit affuté.

Seul petit bémol, ma lecture a été gênée par la répétition des mêmes informations sur les personnages ou sur les événements qui conduisent à cette expédition de secours. Au tout début, on nous présente les personnages : qui ils sont, d’où ils viennent, quels secrets ils cachent ou pas et puis ces mêmes informations sont ressortis à chaque fois que les dits héros se rencontrent les uns, les autres, une fois, deux fois, trois fois, pareil pour le récit de l’enlèvement et des meurtres qui l’ont accompagné. C’est énervant et ça alourdit inutilement le récit. Mais passé outre ces détails, je suis entrée de plein pied dans un univers très bien décrit et documenté et une histoire passionnante à suivre.

L’auteur a eu la bonne idée de démêler le fictionnel du réel dans une petite postface ce qui se révèle une bonne idée pour se donner envie de découvrir un peu mieux cette période de l’histoire.

Lire la suite

Ghost-in-law mystery

Chimère — — en v.o dans le textepolicierlitterature americaine
Ghost-in-law mystery

If Harold killed her she might be stuck in limbo like Helena. Even worse, she might be stuck in limbo with Helena. For all eternity. Six days was looking shorter by the minute

Trouble in mudbug - Jana Deleon

 

Qu’y a-t-il de pire que de s’être mariée avec un bon à rien comme Hank Henry qui l’a ensuite abandonnée avec des dettes à rembourser et sans la possibilité du divorce tant qu’elle n’aura pas mis la main sur lui? C’est aux funérailles de la mère de Hank que Maryse Robicheaux comprend qu’il y a toujours pire. De son vivant Helena Henry, aussi connue comme l’antéchrist de Mudbug était un fléau permanent et Maryse pensait en être enfin libérée. Sauf que le fantôme d’Helena ne veut pas la laisser tranquille tant que son assassin n’est pas arrêté…

Du mystère, un soupçon de romance, des personnages hauts en couleurs, la Louisiane et surtout le Bayou, de quoi se divertir agréablement, d’autant plus que je n’ai pas trouvé l’assassin avant sa révélation dans le livre. Bon c’est du léger mais c’est plutôt bien fichu et drôle. Maryse et ses démêlés avec le fantôme de son épouvantable belle-mère, l’apparition du beau et très sexy métis Luc Lejeune, la meilleure amie à fond dans le new age et la voyance, les personnages sympathiques ne manquent pas et l’ambiance petite ville où tout le monde connait tout le monde est un petit plus appréciable. Sans être le chef d’œuvre du siècle, on peut trouver son petit bonheur dans ce roman.

 

Lire la suite

A soap opera mystery

Chimère — — en v.o dans le textepolicierlitterature americaine
A soap opera mystery

Alexie Peterson, est une star du petit écran. Elle a le rôle de Tiffany Miller dans le feuilleton quotidien The Yearning tides. Elle est aussi à la une des tabloïdes grâce à son ex-mari qui s’est enfuis après l’avoir dépouillée de sa fortune. Mais ce n’est rien comparé au fait d’être suspecter du meurtre de Marcy Blanchard la productrice associée du soap qui la haïssait. Alors avant de se retrouver en prison et pas pour un rôle, elle est déterminée à mener l’enquête…

Les romans policiers se suivent et ne se ressemblent pas. Alors que le précédent (cf. Dying in the wool) ne m’avait pas convaincue du tout, celui-ci est un agréable divertissement. Comme quoi, il ne faut désespérer de rien. Alors, certes ce n’est pas non plus la grande claque mais j’ai passé à un bon moment à découvrir les coulisses d’un soap opera et pour une fois, l’assassin n’est pas si évident même si à partir d’un certain événement, il est facile à démasquer (mais comme cela n’arrive pas avant le bon dernier tiers du livre). En tout cas, le personnage principal m’a beaucoup amusée avec ses tentatives souvent ratées pour jouer les détectives (elle tire sa science des émissions) et ses relations sentimentales un peu compliquées avec son petit ami du moment et le vrai policier qui mène l’enquête. J’adore le coéquipier fan du soap et surtout du personnage joué par l’actrice et qui le fait savoir. Une bonne lecture détente à conseiller.

Lire la suite